Le blog

Tierce opposition à l'exequatur d'un jugement d'adoption camerounais

Publié le : 05/02/2020 05 février Fév. 2020
La Cour de cassation apporte des précisions sur la tierce opposition à l'exequatur d'un jugement d'adoption rendu par le tribunal d'Eseka au Cameroun.

Mme Z. et M. X. ont formé tierce opposition au jugement accordant l'exequatur en France à un jugement d'adoption rendu le 11 juillet 2006 par le tribunal d'Eseka au Cameroun.
Dans un arrêt du 14 septembre 2018, la cour d'appel de Versailles a rejeté la tierce opposition des requérants. Elle a déclaré exécutoire en France le jugement d'adoption rendu par le tribunal d'Eseka tout en constatant que M. X., l'adoptant, n'avait pas sollicité l'agrément.De plus, elle a constaté que l'interdiction de la révision au fond ne permettait pas au juge de l'exequatur d'examiner les violations du droit au respect de la vie familiale de Mme Z. En outre, la cour d'appel a retenu que la fraude à la loi ne pouvait résulter de la seule abstention de l'adoptant d'indiquer qu'il était marié et que le consentement de son épouse était nécessaire ou qu'il n'avait pas obtenu l'agrément requis.
La Cour de cassation casse l'arrêt le 15 janvier 2020. Elle relève d'abord que la cour d'appel a bien retenu que les dispositions de l'article 353-1 du code civil concernant la subordination l'adoption d'un enfant étranger à un agrément ne consacre pas un principe essentiel du droit français. Ainsi, l'absence de sollicitation par M. X. d'un agrément pour adopter ne portait pas atteinte à l'ordre public international français.Ensuite, elle retient que le juge de l'exequatur doit d'office vérifier et constater, sans la réviser au fond, que la décision étrangère ne contient rien de contraire à l'ordre public international français, lequel inclut les droits reconnus par la Convention de sauvegarde des droits de l'Homme et des libertés fondamentales que la France s'est engagée à garantir à toute personne relevant de sa juridiction.Enfin, elle considère, au visa de l'article 34 de l'Accord de coopération en matière de justice du 21 février 1974 entre la France et le Cameroun, que la cour d'appel n'a pas donné de base légale à sa décision car elle n'a pas recherché si le seul but poursuivi par l'adoptant n'était pas de favoriser la naturalisation ou le maintien sur le territoire national de la mère des adoptées qui était aussi sa concubine.

- Cour de cassation, 1ère chambre civile, 15 janvier 2020 (pourvoi n° 18-24.261 - ECLI:FR:CCASS:2020:C100029), M. A. X. et al.  c/ Mme B. Y. et al. - cassation de cour d'appel de Versailles, 14 septembre 2018 (renvoi devant la cour d'appel de Paris) - https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/premiere_chambre_civile_568/29... civil, article 353-1 - https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=B1A49975E046B2... européenne des droits de l’Homme (Convention EDH) - https://www.echr.coe.int/Documents/Convention_FRA.pdf- Accord de coopération en matière de justice du 21 février 1974 entre la France et le Cameroun - https://www.senat.fr/leg/1974-1975/i1974_1975_0186.pdf

Historique

<< < ... 60 61 62 63 64 65 66 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.