Le blog

Enlèvement international d'enfant : rejet de l'interdiction de retour à son pays d'origine

Publié le : 09/03/2020 09 mars Mars 2020
La Cour de cassation revient sur le cas d'une mère partie temporairement en France avec son enfant qui a demandé le divorce et l'interdiction de son retour au pays d'origine, le Japon. 

La mère d'un enfant né au Japon s'est rendue en France pour un séjour temporaire et a déposé ensuite une demande de divorce. Le père a invoqué le déplacement illicite de l'enfant et a saisi l'autorité centrale japonaise d'une demande de retour de l'enfant sur le fondement de la Convention de la Haye du 25 octobre 1980.
La cour d'appel de Toulouse rend un arrêt, le 4 juillet 2019, ordonnant le retour de l'enfant au Japon et refusant de préjuger une instance future de divorce au Japon.
La demandresse au pourvoi plaide la violation de l'intérêt de l'enfant protégé par l'article 13, b de la Convention mentionnée et du droit à une vie familiale protégé par l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'Homme. Selon elle, les juges du fonds n'auraient pas recherché le risque grave d'un danger physique ou psychique, ou de création d'une situation intolérable dû au retour de l'enfant à son pays d'origine. Elle reproche à la cour d'appel de n'avoir pas relevé les considérations du ministère public, qui soulignaient le risque indiscutable de privation de son autorité parentale par le jugement japonais. De plus, la mère reproche aux juges de ne pas avoir recherché les règles strictes d'admission au séjour du Japon et, par conséquent, considéré le péril d'abandon de son enfant.
Le 21 novembre 2019, la Cour de cassation rejette le pourvoi. Elle constate que l'enfant est né et a toujours vecu au Japon, donc son retour ne comporterait pas de traumatisme psychologique. Au contraire, la rupture brutale de toute relation avec le père lui serait préjudiciable. La Haute juridiction judiciaire ajoute que le Japon est signataire de la Convention de la Haye, qu'il dispose de procédures de médiation et de divorce par consentement mutuel. Par conséquent, la situation juridique issue de la procédure future ne peut être établie. En effet, le père avait formulé des propositions amiables à l'encontre de la mère.

- Cour de cassation, 1ère chambre civile, 21 novembre 2019 (pourvoi n° 19-19.388 - ECLI:FR:CCASS:2019:C101078) - rejet du pourvoi contre cour d'appel de Toulouse, 4 juillet 2019 - https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTex...
- Convention du 25 octobre 1980 sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfant - https://www.hcch.net/fr/instruments/conventions/full-text/?cid=24
- Convention européenne des droits de l’Homme (Convention EDH) - https://www.echr.coe.int/Documents/Convention_FRA.pdf

Historique

<< < ... 19 20 21 22 23 24 25 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.