Le blog

Braconnage dans les Calanques : 350.000 € en réparation du préjudice écologique

Publié le : 09/03/2020 09 mars mars 2020
Pour la première fois, un tribunal judiciaire évalue le préjudice subi par la biodiversité sur le fondement de l’article 1246 du code civil, issu de la loi de 2016 pour la reconquête de la biodiversité.

Pendant quatre ans, armés de fusils-harpons, quatre hommes passionnés d'apnée ont chassé, de nuit, des mérous, corbs, oursins, poulpes, et yeux de Sainte-Lucie dans les eaux protégées du parc naturel des Calanques. Ils revendaient leur pêche illégale sous le manteau à des écaillers, poissonniers ou restaurateurs locaux.
En juillet 2018, le tribunal correctionnel de Marseille a condamné les quatre prévenus à des peines allant de 15 à 18 mois de prison avec sursis.
Le 6 mars 2020, le tribunal judiciaire de Marseille a usé, pour la première fois, de l’article 1246 du code civil, issu de la loi de 2016 pour la reconquête de la biodiversité, selon lequel "toute personne responsable d'un préjudice écologique est tenue de le réparer" et a donc dû évaluer le préjudice subi par la biodiversité.
Le parc naturel avait chiffré à 450.000 € le préjudice sur la biodiversité.En se basant sur les éléments de l’enquête, notamment les écoutes téléphoniques, le parc naturel a estimé que ces hommes ont prélevé du milieu marin protégé plus de 4,6 tonnes de dorades, mérous et autres poissons, 322 kilos de poulpe, et 16.800 douzaines d'oursins.Le parc a également tenu compte, dans son évaluation, des conséquences des prélèvements sur le réseau trophique (la chaîne alimentaire de tout son écosystème), de l’impact sur les surfaces d’habitat touchées et de coût de gestion, de surveillance et de balisage nécessaires à la remise en état de la biomasse.Un expert appelé à témoigné a estimé que ces activités illégales auraient engendré un recul de la biomasse de "trois à quatre ans".En outre, le parc a rappelé qu'il lui était impossible d'avoir recours à de la géo-ingénierie et de réintroduire des espèces, puisque les réglementations l'interdisent.
Le tribunal a finalement condamné les prévenus à payer solidairement 350.000 € de dommages et intérêts en réparation du "préjudice écologique" qu’ils ont causé, mais également 15.000 € pour atteinte à l'image et à la réputation du parc et 20.000 € pour atteinte à la mission de protection de l'environnement.De plus, les commerçants qui achetaient les poissons illégalement pêchés ont été condamnés à 3.000 € de dommages et intérêts au titre du préjudice moral.

- Tribunal judiciaire de Marseille, 6 mars 2020, Parc naturel des Calanques c/ M. X. et autres
- Code civil, article 1246 - https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI0000330...

Historique

<< < ... 77 78 79 80 81 82 83 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.